Keystone logo
Charles University Protestant Theological Faculty

Charles University Protestant Theological Faculty

Charles University Protestant Theological Faculty

introduction

La Faculté de théologie protestante (à l'origine connue sous le nom de Faculté de théologie protestante tchécoslovaque Hus ) a été fondée à Prague le 28 avril 1919. Avant la Première Guerre mondiale, il y avait eu de nombreuses restrictions sur les protestants dans les terres tchèques (qui faisaient partie de l'Autriche catholique à la temps) et les candidats au ministère devaient se rendre à Vienne pour étudier. Avec la création du nouvel État tchécoslovaque après la guerre est venue la pleine liberté religieuse.

Les protestants réformés et luthériens se sont unis pour former l'Église évangélique des frères tchèques, et l'une de ses premières actions a été de créer une faculté de théologie protestante pour former ses étudiants en théologie et ceux d'autres églises. Au cours de la première année de son existence, la Faculté comptait 14 étudiants, mais ce nombre est rapidement passé à 78 en 1923 et 160 en 1929. Les femmes ont commencé à étudier à la Faculté en 1922; leur nombre a considérablement augmenté après que le synode de l'Église évangélique des frères tchèques a décidé d'ordonner des femmes au ministère en 1953. Pendant l'occupation allemande, la faculté a été fermée, ainsi que la plupart des autres instituts d'enseignement supérieur, mais elle a repris ses activités lorsque le La Seconde Guerre mondiale était terminée. En 1949-50, il y avait 230 étudiants.

En 1950, l'État communiste a décidé que la Faculté devrait être divisée en deux écoles : la Faculté de théologie Hus pour les étudiants de l'Église hussite tchécoslovaque et la Faculté de théologie protestante Comenius pour les étudiants de l'Église évangélique des frères tchèques et des petites églises. Sous les communistes, la faculté Comenius a connu de nombreuses difficultés et le nombre d'étudiants est tombé à moins de 100. Pendant la majeure partie des années 1950 et 1960, le doyen était le principal théologien protestant tchèque Josef Lukl Hromádka. Après la chute du régime communiste en 1989, de nouvelles opportunités s'ouvrent à la Faculté Comenius. Le nombre d'étudiants a considérablement augmenté. En 1990, la Faculté Comenius a été incorporée à l'Université Charles et rebaptisée Faculté de théologie protestante. En 1995, elle a déménagé dans des locaux plus grands sur son site actuel. En 2007-2008, la Faculté comptait environ 500 étudiants et quelque 25 enseignants.

Sceau de la faculté et son symbole

Penser – Agir – Parler : la théologie comme sel

Quelques réflexions sur l'emblème de la Faculté

Pavel Philippi

Lorsque la Faculté de théologie protestante de Prague a été créée en 1919, ses fondateurs étaient confrontés à une petite tâche, en plus de nombreuses autres plus importantes : comment représenter symboliquement les traditions sur lesquelles ils s'appuyaient et les objectifs qu'ils visaient. Ils ont donc conçu un nouvel emblème, qui est encore utilisé aujourd'hui comme le sceau de la Faculté.

Comment comprendre sa symbolique ?

Au centre d'un dessin circulaire, nous voyons un calice. Cela symbolise assez clairement le lien avec l'héritage de la Réforme tchèque, notamment avec la Réforme hussite, qui a réintroduit la réception du calice par les laïcs lors des célébrations de la Cène du Seigneur. En 1417, toute la Faculté de théologie de l'Université de Prague appela à la communion sous les deux espèces, prenant parti pour la révolution et risquant ainsi son existence même : en un an, le Concile de Constance avait retiré son autorisation d'enseigner. En choisissant ce symbole, la nouvelle Faculté a démontré qu'elle était attachée au calice (avec tout ce que cela pouvait comporter) comme l'avaient été les Hussites, et qu'elle rejetait toute forme de cléricalisme, y compris le cléricalisme théologique.

Dans la moitié supérieure du dessin rond, on peut lire les mots latins : SAPERE, AGERE, LOQUI, qui signifie en anglais : penser, agir, parler. L'origine historique de cette devise remonte à Jan Amos Komenský (Comenius), le dernier évêque de l'ancienne Unité des Frères. Le choix de ces termes et la manière dont ils s'articulent peuvent se comprendre sans autre explication. La théologie que la nouvelle Faculté veut cultiver devrait être savante, exigeant une discipline intellectuelle rigoureuse ; il doit être pratique, menant à l'action ; et enfin, elle doit être fondée sur le dialogue, en rejetant tout autre moyen de faire passer la vérité en dehors de la Parole. L'ordre dans lequel les termes sont placés est peut-être surprenant, avec « parler » à la troisième place, formant le point culminant de la devise. Mais cette surprise disparaît lorsque l'on se souvient de l'immense importance que la Réforme tchèque attachait à la liberté de la parole de Dieu. Proclamer librement la Parole libératrice est en soi « la plus libre des actions » (actus liberimus omnium) et est capable de libérer le christianisme de sa captivité babylonienne. Encore et encore, même dans les moments de la plus grande oppression, les chrétiens protestants tchèques ont fait l'expérience du fait que « la Parole de Dieu n'est pas enchaînée » (2 Tim. 2:9), et qu'au contraire elle crée un espace de liberté d'expression autour d'elle-même. . Forts de cette expérience et de cette tradition, les fondateurs de la Faculté se sont engagés à établir la Faculté comme un refuge de liberté d'expression, enraciné dans la liberté de la parole de Dieu.

Dans la partie centrale de l'emblème, à gauche et à droite du calice, se trouve une énigme sous la forme de deux références aux Écritures – Lévitique 2:13 et Marc 9:49. Dans les deux passages se trouve le mot « sel » (latin sal). Le lien entre la devise et les citations de l'Écriture devient clair lorsque nous réalisons que les lettres initiales des trois mots de la devise (Sapere, Agere, Loqui) forment ensemble le mot latin SAL.

Mais qu'est-ce que la théologie et une faculté théologique ont à voir avec le sel ? Qu'est-ce qui a amené nos prédécesseurs qui ont choisi le dessin de l'emblème à sélectionner ces deux passages parmi les nombreux endroits de la Bible où le sel est mentionné ? Aujourd'hui, on ne peut que deviner l'exégèse qu'ils avaient en tête. Nous pouvons cependant être raisonnablement certains que la version de la citation de Marc qu'ils avaient devant eux n'était peut-être pas confirmée par les manuscrits originaux, mais se retrouve souvent dans les traductions réformées de la Bible. Selon cette version, les paroles de Jésus étaient : « Tout sacrifice sera salé de sel. Nous sommes frappés par le fait que dans les deux passages le mot « sel » est étroitement lié au concept d'offrande sacrificielle. Lévitique 2:13 enjoint : « Vous assaisonnerez toutes vos offrandes de grains avec du sel. Ne laissez pas le sel de l'alliance de votre Dieu dans vos offrandes de céréales. Ajoutez du sel à toutes vos offrandes.

La théologie comme référence au sacrifice ? Les fondateurs de la Faculté ont-ils voulu souligner que la Faculté doit continuer à porter son attention sur le cœur du message chrétien – le sacrifice du Christ sur la croix ? Peut-être. Mais peut-être avaient-ils autre chose en tête lorsqu'ils ont conçu l'emblème. Car dans les deux citations, le sel est désigné comme un ingrédient supplémentaire qui se dissout et se disperse tout au long de l'offrande sacrificielle. Et cette autodissolution et autodispersion est l'une des fonctions fondamentales de la théologie. En remettant en cause ses propres instincts de conservation, elle engage l'ensemble de sa pensée, de son action et de sa parole au service des communautés chrétiennes et civiques, les met en garde et les protège contre la corruption de l'égoïsme, et les encourage à servir avec altruisme ceux qui sont considérés comme de moindre importance dans ce monde. De cette manière, la théologie peut apporter sa contribution pour que la famille humaine ne perde pas la dimension d'abnégation et de renoncement volontaire, sans laquelle ni une vie de dignité humaine ni une coexistence pacifique ne sont possibles.

Emplacements

  • Protestant Theological Faculty Charles University in Prague Černá 9, P.O.Box 529 CZ-115 55 Praha 1 Czech Republic, , Prague

Des questions